Le problème avec les intellectuels français qui s’expriment sur la question animale:

 » notre vie est la chance de réincarnation donnée à des poulets et à des salades »
https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/03/29/l-animalisme-va-t-il-trop-loin_5442884_3232.html

 » il faut le comprendre, ça, c’est difficile quand ne l’a pas vu, pour abattre un animal, il faut aimer les animaux.  » J. Porcher
https://blog.l214.com/2016/05/07/utopie-qui-approche-grands-pas

« Manger de la viande, si je retourne l’argument végétarien contre lui-même, c’est finalement peut-être pour l’homme l’une des manières les plus sérieuses de sympathiser avec l’animal, de sympathiser avec lui au sens profond de la sympathie. » (5 min 58) https://youtu.be/l31FuYs_2hc

« On entend désormais parler de l’«animal», au singulier, qui devient ainsi l’alter ego de «l’homme». C’est une absurdité car il en existe une dizaine de millions d’espèces. Et les placer sur un pied d’égalité est impossible. 
https://www.liberation.fr/debats/2018/07/24/jean-pierre-digard-l-animal-n-est-pas-l-alter-ego-de-l-homme_1668557

« On ne saurait traiter les chevaux les poules ou les porcs de la même manière. On ne peut pas traiter les chiens et les chats comme des substituts d’enfants, sauf à les maltraiter. Les respect des animaux, c’est le spécisme » https://youtu.be/twIyeLOl5bg

« Le grand mystère de l’anti-anthropocentrisme végan proclamé est de déboucher sur un hyperanthropocentrisme transhumaniste nourri de fantasmes de toute-puissance » Mouiouioui
http://howimetyourtofu.com/debunkage-7-lagenda-cache-des-antidreyfusards-a-la-solde-du-transhumanisme-qui-mangent-des-nourrissons

« Avec ce retour au naturel, l’écologie est sauvée. Et bien non. Car ayant expulsé les animaux domestiques, il n’y a plus rien pour maintenir les paysages ouverts, ceux des prairies, des zones humides, des montagnes et des bocages. Sauf à obliger chômeurs, prisonniers et clochards à faucher et à couper les herbes, ou à produire des robots brouteurs.  »
https://www.liberation.fr/debats/2018/03/18/pourquoi-les-vegans-ont-tout-faux_1637109

Et plus d’exemples ici:
https://twitter.com/RosaBDB12/status/1111996940034686976

Merci pour votre soutien sur tipeee, qui me permet de continuer à publier !

https://fr.tipeee.com/rosab

21 commentaires

Degun · 2 mai 2019 à 12h47

C’est à pleurer toutes ces réactions bidons, je ne sais plus comment réagir, passer son temps à réfuter rationnellement ces inepties ou continuer de militer pour faire évoluer la société. En tous cas, je t’admire, merci d’exister IV, de simples dessins en disent plus parfois que de longs discours.

    IV · 4 mai 2019 à 13h07

    C’est ce que le maître disait à l’école, si tu ne comprends pas, fais un dessin.

Kino · 2 mai 2019 à 13h11

C’est les intellectuels français, ça ? Eh ben… Ça fait peur, le niveau…

    IV · 4 mai 2019 à 13h07

    C’est dramatique. on est foutus.

    azer · 5 mai 2019 à 3h05

    Je voudrais pas de filer les chocottes , mais ce n’est là que la partie émergée de l’iceberg …

Felis · 2 mai 2019 à 13h43

Purée mais ça fait peur!!! C’est de la pure mauvaise foi ou de la bêtise? Je ne saurais le dire…

    IV · 4 mai 2019 à 13h07

    Je pense que c’est du…enfin de la…non je sais pas en fait.

azer · 2 mai 2019 à 23h53

Je ne comprends pas » notre vie est la chance de réincarnation donnée à des poulets et à des salades », le lien débouche sur article incomplet . Vraisemblablement il s’agit d’une étude sur l’expression des idiots bourrés à 4h du mat dans les bars …
Le reste , je comprends mais franchement je ne préfererais pas …

Mon personnage préféré dans ton excellente galerie de benêts est sans conteste celui qui parle d’idiots utile du capitalisme . Si j’avais le goût des dîners de cons ce n’est sûrement pas un fan de foot ou un collectionneur de louches à confiture pour gauchers que j’inviterais pais plutôt un intellectuel , c’est à dire quelqu’un qui à la tête bien pleine de lectures mal comprises car sa tête est irrémédiablement mal faite . Dès que j’entends capitalisme et marxisme , je sais désormais que la probabilté d’avoir affaire à un troll est voisine de 1 , qui est convaincu que l’exploitation de l’homme par l’homme est contemporaine des digressions d’un barbu sur la baisse tendancielle du taux de profit … Le jour où les révolutionnaires auront compris d’où vient le succès du capitalisme et pourquoi leur révolution est vouée à l’échec ( si tant est qu’elle soit tentée !) , la Seine sera pleine des suicidés qui d’habitude noient le poisson sur les plateaux de télé . Les autres se seront trouvés un nouveau moulin à vent contre lequel partir en guerre afin de rester aveugle à leur propre médiocrité : les veganes .

Sinon il y a dans queques jours une nouvelle manif à Auxerre contre la vivisection .

    IV · 4 mai 2019 à 13h07

    L’article n’est pas incomplet mais en accès abonné, j’ai pu le lire et je regrette.
    « Dès que j’entends capitalisme et marxisme , je sais désormais que la probabilté d’avoir affaire à un troll est voisine de 1 » tu veux dire 1 sur 1 ?

      azer · 5 mai 2019 à 3h05

      En statistiques un évènement qui est inévitable ( qui se produit tout le temps , dans 100% des cas ) à une probabilté égale à 1.

      Et je suis ébahi par ton talent pour dessiner les têtes de noeud ! Ta petite entreprise ne connaîtra -hélas – jamais la crise …

      » il faut le comprendre, ça, c’est difficile quand ne l’a pas vu, pour
      abattre un animal, il faut aimer les animaux. » J. Porcher
      Uniquement s’il s’agit d’ abréger ses souffrances . Quand le but est de le manger , alors il faut aimer le chair de l’animal plus que l’animal .

        IV · 8 mai 2019 à 10h40

        Mais je saiiiiis pour les statistiques mais c’était rigolo non? Dis que c’était rigolo steupléééééééé.

        Merci, mais les têtes de noeuds c’est trop facile, ils sont déjà rigolos, c’est comme la marionnette de Tapie aux Guignols.

          azer · 8 mai 2019 à 23h38

          comme quoi la mauvaise humeur qu’engendrent les cons fait perdre le sens de l’humour…
          Bon c’était rigolo , mais vraiment moins que ta galerie de couillons , surtout celui qui prend l’air de ceux à qui ont ne la fait pas , qui voient plus loin et plus profond que les autres , et qui est abonné aux niaiseries les plus plates ( j’en connais plein , au boulot ou qui parlent dans le poste ) . Tu crois que si ce qu’on dit des aliments est vrai , alors il faut faire une entorse au végétarisme et les mettre sous régime poisson exclusivement , pour les rendre moins cons ?

          IV · 12 mai 2019 à 11h27

          Ça peut se justifier, les gaver de poisson pour les rendre plus intellligents jusqu’à ce qu’ils deviennent vegan. Le surplus de poisson consommé sera compensé par leur mort prématuré liée à l’intoxication aux métaux lourds dans les poissons. Sauf que du coup ils seront vegan et les journaux vont titre « des vegans sont morts à cause de leur régime alimentaire », donc on sait pas si c’est une bonne idée finalement.

          azer · 12 mai 2019 à 22h05

          Les journaleux … Joffrin a refusé de publier une tribune de A.Caron au pretexte qu’elle était trop virulente à l’encontre de Corine Lepage , avocate de Nausicaa , emprisonneurs de requins marteaux tous morts pendant leur captivité , et qui défend ses clients en disant qu’on ne peut pas parler de  » sévices  » ! .

          Je constate à l’instant qu’elle a finalement renoncé à ce sale boulot , ce qui explique que le tribune de Caron a disparu .

          Voici ce que j’ai trouvé sur le site de Komodo tv ( et je ne sais toujours pas pourquoi les liens que je poste sont morts ) , et chacun pourra constater que même en latin une connerie reste une connerie ( parler d’attaque ad hominem ) :

          Le journaliste et militant antispéciste reproche au journal
          de refuser de publier un texte à propos de la mort de requins dans un
          parc aquatique. Le service en charge des tribunes objecte que la sienne
          versait dans l’attaque ad hominem contre l’ancienne ministre Corinne
          Lepage.

          Question posée le 09/05/2019

          Bonjour,

          «Etrange censure de Libé qui protège Corinne Lepage et le zoo Nausicaa.»
          C’est par ces mots que commence un tweet d’Aymeric Caron, posté ce
          jeudi à la mi-journée. Le journaliste et militant antispéciste s’indigne
          que sa tribune n’a pas été publiée par Libération. Le sujet du texte qu’il a finalement publié sur son site ? La mort de 30 requins-marteaux au zoo de Nausicaá, à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), et le fait que le zoo est défendu par Corinne Lepage, militante dans la protection de l’environnement et avocate.

          CheckNews vous expliquait il y a déjà plus d’un an comment les tribunes sont choisies par Libération.
          Une tribune est un texte publié dans le journal par une personne qui ne
          fait pas partie de la rédaction. Ce texte ne reflète pas forcément la
          ligne du journal. La publication des tribunes est gérée par le service
          Idées du journal, où on récuse toute idée de censure à l’endroit
          d’Aymeric Caron : «Nous avons accepté l’idée d’une tribune au sujet du zoo Nausicaá, confirme le service Idées à CheckNews. Mais
          à la lecture du texte, on a découvert qu’Aymeric Caron versait dans
          l’attaque ad hominem [envers Corinne Lepage], et nos pages ne servent
          pas à ça.» Ce qui a été expliqué à l’intéressé par mail, où on lit notamment cette phrase : «Nous trouvons les passages sur Corinne Lepage un peu virulents. […]»

          Un tiers de la tribune d’Aymeric Caron s’adresse
          effectivement à l’ancienne ministre. Retournant contre elle les
          arguments de l’avocate, qui estime que Nausicaá n’est pas coupable de
          sévices malgré la mort des requins, Caron écrit notamment : «Imaginons,
          chère Corinne, que je vous mette dans un placard pendant un mois, en
          vous faisant passer un peu de nourriture chaque jour. Ne
          considèreriez-vous pas cela comme un sévice ? Et si vous en tombiez
          malade, ce ne serait pas de ma faute ?»

          Le service Idées fait valoir que de très nombreux textes sont refusés
          tous les jours par le journal. Et qu’Aymeric Caron pourra continuer de
          publier des tribunes dans Libé. Sans compter celle sur Nausicaa, le journaliste militant en a déjà publié cinq. Par ailleurs, la mort des requins de Nausicaá a déjà été traitée sur le site du journal, via la publication d’une dépêche de l’AFP il y a une semaine.

          azer · 13 mai 2019 à 1h24

          J’ai retrouvé le texte de Caron , sur le site REV . Voici donc , et attention âmes sensibles , à la violence du propos ! :

          NAUSICAA : MA TRIBUNE CENSURÉE PAR « LIBÉ »

          Posté le 10 mai 2019 par Admin

          Par Aymeric Caron, Président du REV

          Boulogne-sur-Mer, j’y suis né et j’y ai grandi. Nausicaa, j’y ai
          réalisé l’un de mes tous premiers reportages de pigiste d’été pour La
          Voix du Nord, dans les années 90, juste avant d’entrer à l’Ecole de
          journalisme. A l’époque je n’étais pas encore végétarien, encore moins
          végan, mais déjà très concerné par la cause animale, et malgré l’article
          aimable que j’avais rédigé (tel que l’exercice me l’imposait), je me
          souviens d’un sentiment étrange lors de ma visite du musée marin. Déjà
          cette question en tête, en voyant tous ces poissons tourner en rond
          derrière leurs murs de verre : « Est-ce bien ? ». Et déjà un malaise.
          Vingt-cinq ans plus tard, je ne me pose plus la question et j’affirme :
          non, ce n’est pas bien. Un poisson, un animal marin, n’a rien à faire
          dans un aquarium, fût-il « géant ». Car évidemment, on ne parle pas ici
          d’un bocal à poisson rouge, mais de près de 20 millions de litres d’eau
          de mer, répartis dans des dizaines d’aquariums, pour 60 000 animaux
          environ.

          Mais aucun de ces animaux ne vit où il devrait vivre, c’est-à-dire
          dans son milieu naturel, et pour certains le manque d’espace, de
          profondeur et de repères naturels se révèle particulièrement
          problématique. Ainsi le 25 avril dernier, le dernier requin marteau de
          Nausicaa est mort. La nouvelle serait seulement triste si elle n’était
          pas révoltante : depuis 2011, les trente requins marteaux achetés en
          Australie par Nausicaa sont morts, et quasiment tous avant d’avoir été
          « exposés » au public, c’est-à-dire pendant leur élevage dans une
          réserve aquariologique construite en dehors du musée. Trop, c’est trop,
          surtout lorsque des spécialistes avertissent que des requins marteaux ne
          peuvent pas être maintenus en captivité sans préjudice sur leur santé.
          Le biologiste spécialiste de la vie marine Nicolas Ziani explique ainsi
          sur sa page Facebook que « la reproduction des requins en captivité pour
          la préservation des espèces (est) de la déraison : pour que des requins
          marteaux halicornes (Sphyrna lewini) puissent se reproduire, encore
          faudrait-il qu’il soient capables de supporter la « sélection non
          naturelle » qu’on impose à cette espèce fragile pélagique hautement
          migratrice et hautement sensible à la qualité de son eau ».

          L’association Sea Shepherd a logiquement décidé de porter plainte
          contre Nausicaa pour « sévices graves et non-respect de la
          règlementation sur la détention des animaux sauvages en captivité, ayant
          entraîné la mort ». Et note avec raison que les 3,3 millions d’euros
          qu’ont coûté l’achat et l’élevage des bébés requins auraient été mieux
          investis dans la protection des lieux où vivent ces requins.

          Ce bras de fer entre un zoo et une association de défense des animaux
          pourrait ressembler à d’autres du même genre. Mais ce qui est
          particulier ici, c’est que l’avocate choisie par le zoo pour se défendre
          n’est autre que Corinne Lepage, avocate connue pour ses combats
          environnementaux et présidente d’un parti à prétentions écologiques,
          CAP21. Corinne Lepage a eu des combats nobles, contre les responsables
          de marées noires ou contre le nucléaire. Mais sur la question animale,
          elle affiche une surprenante indifférence, doublée de cécité. Elle
          déclare ainsi que « des animaux qui ont du mal à survivre dans des
          espaces clos, ce ne sont pas des sévices sur animaux ». De quoi
          s’agit-il donc alors ? Les animaux dont parle Sea Shepherd ne meurent
          pas par hasard : ils meurent parce que des hommes les ont arrachés à
          leur milieu et forcés à un vivre dans un environnement artificiel qui ne
          leur convient pas. Imaginons, chère Corinne, que je vous mette dans un
          placard pendant un mois, en vous faisant passer un peu de nourriture
          chaque jour. Ne considèreriez-vous pas cela comme un sévice ? Et si vous
          en tombiez malade, ce ne serait pas de ma faute ?

          Vous ajoutez par ailleurs, concernant ces requins : « c’est une
          tentative de reproduction d’animaux menacés qui n’a pas marché, c’est
          tout à fait clair. Mais quand on voit le nombre d’ailerons de requin
          coupés en petits morceaux dans le monde, je pense que l’hécatombe, elle
          est plutôt là… » Mais, en tant qu’avocate, comment pouvez-vous, pour
          justifier un acte inacceptable, simplement en citer un autre pire à vos
          yeux ? Quant au mot « hécatombe », il est parfaitement adapté aux
          requins marteaux de Nausicaa : 30 morts sur 30 individus, soit une
          mortalité de 100%, n’est-ce pas à vos yeux une hécatombe ? En fait
          Corinne, le plus décevant dans votre prise de position est qu’elle
          révèle tout le chemin que l’écologie politique a encore à parcourir en
          France. Car vous démontrez que votre pensée sur la condition animale est
          restée bloquée dans l’ancien temps de l’écologie, celui où les animaux
          n’étaient que des entités interchangeables dans des catégories-espèces
          dont il importait de conserver un certain volume, décidé de manière
          arbitraire. Non, Corinne, les animaux ne sont pas des numéros que l’on
          soumet à des calculs administratifs. Ce sont des personnes qui toutes,
          comme vous et moi, souhaitent vivre, et vivre dans des conditions qui
          permettent l’épanouissement. C’est pourquoi chaque mort parmi ces trente
          décès est un drame.

          Officiellement, Nausicaa affiche comme objectif d’être « un centre de
          recherche scientifique engagé et reconnu dans le monde entier », qui a
          pour but de « sensibiliser le plus grand nombre à la préservation de
          l’Océan ». Mais préserver des requins en les tuant, n’est-ce pas
          paradoxal ? D’autant que sur le site Internet du projet d’extension
          Grand Nausicaa, les préoccupations de Frédéric Cuvillier, président de
          la Communauté d’agglomération du Boulonnais, sont beaucoup plus
          opportunistes qu’écologistes. Voilà la déclaration qu’il a choisi de
          mettre en avant sur ce site : « Le Grand Nausicaa sera le plus grand
          aquarium d’Europe avec l’objectif d’accueillir 1 million de visiteurs
          par an, générant ainsi de l’attractivité, du dynamisme, de la richesse
          économique pour toute l’agglomération. » Donc, une affaire de sous.

          Pour avoir grandi à Boulogne-sur-Mer, je ne peux que me féliciter du
          développement économique de la ville et des communes alentour. Mais il
          est moralement inacceptable que ce développement se fasse sur la peau
          d’animaux prisonniers de vitrines sur lesquelles ils viennent buter
          devant le regard ému de visiteurs peu conscients de ce à quoi ils
          participent. Si l’on veut rendre service à la biodiversité et à ses
          habitants, il s’agit de la préserver sur place, en finançant les
          programmes adéquats et en soutenant ici des orientations politiques qui
          refusent l’exploitation du vivant. Mais le temps des zoos et des
          aquariums est dépassé

          Kino · 13 mai 2019 à 7h19

          « Par ailleurs, la mort des requins de Nausicaá a déjà été traitée sur le site du journal, via la publication d’une dépêche de l’AFP il y a une semaine. »

          Ah bah si maintenant publier une dépêche AFP c’est traiter un sujet…

          Nouveau Joueur · 13 mai 2019 à 13h19

          Hey, encore un excellent dessin. AZER, « Le jour où les révolutionnaires auront compris d’où vient le succès du capitalisme et pourquoi leur révolution est vouée à l’échec ( si tant est qu’elle soit tentée !)  » que veux-tu dire par là ? C’est un ton un peu sec. On sent le ras le bol 🙂

          IV · 14 mai 2019 à 19h24

          houlàlà moi je me risquerais pas à casser les couilles à Azer ^^

          azer · 20 juin 2019 à 8h28

          Tout d’abord  » ( si tant est qu’elle soit tentée !) » est un jeu de mot (je ne me rappelle pas de la bonne appellation ) involontaire dont je ne m’aperçois que maintenant , heureusement car un peu lourd sinon .
          Ce que je voulais dire ? Je posais simplement une question sous la forme d’un sarcasme : d’où vient le succès du capitalisme ? comment se fait-il que le grand soir tant annoncé par les révolutionnaires ne se produit pas ?
          Réponse (lapidaire car il est tard ) : les révolutionnaires ont toujours échoué et échouerons toujours car ils prétendent expliquer le fonctionnement d’un ensemble ( l’humanité ) sans comprendre le fonctionnement de l’unité de base ( l’individu ) qui le compose , et ont donc recours à des discours ex nihilo pour réfuter l’objection à leurs thèses , et donc à leurs échecs : comment l’interaction d’individus vertueux peut-elle engendrer un système vicieux ? Réponse : le  » système  » (guillemets pour railler le discours des révolutionnaires , qui s’excluent avec une hypocrisie et/ou une connerie pathétique de ce « système  » honni dont ils sont pourtant les principaux acteurs ) n’est que le reflet de la nature des individus qui le composent , c’est à dire de la nature humaine .
          Réponse d’un des rares authentique philosophe de ce siècle , Michel Colucci , dit Coluche , dans des sketchs qu’ont entend jamais , et pour cause ! :
           » on nous dit que les pauvres c’est les gentils et les riches les méchants . Ben tout le monde veut devenir méchant alors … »
           » faut pas oublier que les riches c’est une minorité d’imbéciles qui sont moins cons que la moyenne … »
          Il est d’ailleurs notoire qu’avant qu’advienne le capitalisme le monde était un havre de paix et de justice …

Carnosaure · 3 mai 2019 à 17h30

« Milter » ? (quatrième dessin)

    IV · 4 mai 2019 à 13h07

    oums

Les commentaires sont fermés.