Les députés ont quand même voté le 14/09 dans le cadre de la loi Egalim l’expérimentation d’un menu végétarien dans les cantines scolaires au moins une fois par semaine et pour une durée de deux ans, et ce malgré l’avis défavorable du gouvernement (oui le gouvernement est hostile à l’idée qu’il y ait un menu végétarien, une fois par semaine).

Cliquez sur le tweet pour en savoir plus

 

C’est la députée Samantha Cazebonne qui a déposé cet amendement. Je vous conseille de lire les réponses à son tweet, en particulier celle du sénateur Philippe Dallier qui illustre à merveille cette BD.

 

___________________________________________________

Ma page facebook

Mon twitter

Mon instagram

Mon Livre Une végétalienne très très méchante

Mon livre L’Antispécisme, c’est pas pour les chiens

Mon livre Mort à la viande !

Mon livre Ils sont parmi nous (à paraître le 18 octobre 2018)

Mon tipeee

Encore une fois merci à toutes les personnes qui me tipent <3


7 commentaires

Luc Grinand · 28 mars 2019 à 21h03

Oui enfin le problème c’est que l’écrasante majorité des recettes de cuisine usuelles incluent au moins un ou deux ingrédients d’origine animale, donc en réalité je suis pas convaincu que ça soit possible d’avoir une option vegan.
Et quand bien même, pour un self, je ne suis pas convaincu que les plats estampillés « vegan » aient beaucoup de succès auprès des autres gens, ce qui pose un problème de gaspillage de nourriture, et donc de rentabilité économique de ces plats, mais les restaurants d’entreprises font bien ce qu’ils veulent, ce sont des entités privées.

Quand aux cantines, scolaires je ne suis pas franchement pour parce que c’est évidemment du prosélytisme : vos gosses vegans peuvent s’accommoder de viande 4 jours sur 5 si on leur offre du vegan le dernier jour ? auquel cas pourquoi pas s’en accommoder en permanence et ne pas e****der le monde ? ou alors vos gosses on un menu spécial le reste du temps auquel cas pourquoi pas le 5e jour aussi ?

Dans ta BD tu décrie le mec qui dit « OK tant que tout le monde mange comme moi » et pourtant tu soutient l’idée que dans les cantines scolaires on devrait pousser tous les enfants a manger comme toi (certes, une fois par semaine) ? tu trouve pas ça un peu incohérent ?

D’autant qu’il ne faut pas se voiler la face hein, j’ai déjà lu des arguments du genre « on a qu’a convertir les cantines scolaires au 100% végan comme ça on résout tous les problèmes d’un coup, plus de problème de porc, de halal, ou je ne sais quoi, hop ! tu moque la mentalité du mec genre « je veux qu’on mange comme moi » alors qu’en réalité si vous pouviez imposer a la terre entière de devenir vegan vous le feriez avec joie.

    fabio chaparro · 20 décembre 2020 à 23h12

    Étant lycéen je mange à la cantine scolaire et au vu de la qualité de la viande croyez moi, si il y avait une option végane il n’y aurait pas que les vegans qui la mangeraient

Kino · 28 mars 2019 à 21h03

C’est clair, c’est tjs nous qui sommes vus comme imposant qqch qd on demande d’avoir un truc qu’on peut manger (et que les omnis peuvent aussi manger de tte façon), mais le fait que ts les autres jours il n’y ait pas d’options et qu’on puisse donc rien manger, ils voient pas ça comme nous imposer leur mode d’alimentation, pas plus qu’ils ne voient nourrir leurs enfants de façon omni revient à imposer leur mode d’alimentation à leurs enfants; ça, ils le voient juste quand nous on élève nos enfants vg.

Paille, poutre, oeil, tout ça tout ça…

Grasyop · 28 mars 2019 à 21h03

Faut encore que l’amendement passe le Sénat, ou qu’il soit réaffirmé par l’Assemblée, et peut-être qu’alors on aura droit à un repas végétarien (pas végétal), une fois par semaine, dans les cantines qui proposent deux menus. C’est pas demain qu’on pourra manger végétal tous les jours à la cantine !

Smouri · 28 mars 2019 à 21h03

Bonjour,
Je suis votre blog depuis quelques mois et je le trouve très intéressant même si je ne suis pas végan. J’admire beaucoup les végans car ils font le choix de vivre celons leur conviction. Là où je ne vous approuve pas c’est lorsque vous essayer d’imposer votre mode de vie aux autre. Je pense que si vos choix sont les bons ce n’est pas en passant par l’obligation que cela va
fonctionner sur la durée.
Par exemple sur le fait de ne plus tuer les animaux, si en imaginant que demain partout sur terre les humain ne tue plus les animaux et arrête de les exploiter, il y aura toujours des animaux qui mourront car il y a des prédateurs et des proies partout.
Je vois mal un lion arrêter de bouffer les gazelles parce qu’on lui aura expliqué que c’est mal (image un peu réductrice et simpliste mais elle illustre assez facilement ma pensé).
Ce que je veux dire par là c’est que la mort et la violence même si elles ne sont pas agréables font parties du cycle de la vie. L’humanité (l’espèce pas le journal) étant une espèce animal elle aussi elle n’y échappe pas. Il y a depuis quelques (nombreuses) années de grave dérive et il faut y remédier par exemples les traitements abominable dans les abattoirs et il y en a bien d’autre. Mais je ne comprends pas les mouvements de plus en plus nombreux qui exigent que toutes les espèces d’animaux ont les mêmes droits que les humains. Les humains ont des particularités qu’on ne retrouve pas dans d’autre espèce ce qui lui engendre aussi des devoirs associé à ces droits. Chose qu’on ne retrouve pas chez les autres espèces et qui a mon sens justifie le fais de considérer que les animaux ne peuvent pas prétendre aux même droits que les humains. Ils ont quand même un certain nombre de droit à mon avis comme le fait de ne pas faire souffrir inutilement un être vivant en est un.

En gros pour résumer moins point de vu de manière simple
-l’homme est un animal un peux particuliers
-les animaux tuent et manges d’autres animaux
-donc l’homme peux manger d’autre animaux ou pas celons ces convictions

Le problème vient surtout de la manière dont c’est fait pas de l’acte en lui-même.

    Darc Fabior · 9 juillet 2019 à 11h05

    l’homme a le choit, pas le lion

Grasyop · 28 mars 2019 à 21h03

Lamartine : « On n’a pas deux coeurs, un pour les animaux et un pour les humains. On a un coeur ou on n’en a pas. »

Demain, partout en France, c’est les humains qu’il s’agit de défendre, en manifestant votre soutien à SOS Méditerranée et Médecins sans frontières, en affirmant votre défense de la vie humaine contre les intimidations xénophobes. Également une pétition à signer. L’Aquarius sauve mille humains par mois depuis deux ans et demi : il doit retrouver un pavillon pour poursuivre sa mission.

Les commentaires sont fermés.