Conscients que la volonté de sortir de chez soi sans se faire tirer dessus est un truc de bobo citadin qui ne connait rien à la ruralité, nous vous proposons, afin de faciliter vos démarches, ce constat amiable d’accident de chasse. A remplir et à renvoyer à la page BANG BANG

Document à visée parodique et humoristique, je préfère le dire ON SAIT JAMAIS.

Ma page facebook

Mon twitter

Mon instagram

Mon Livre Une végétalienne très très méchante

Mon livre L’Antispécisme, c’est pas pour les chiens

Mon livre Mort à la viande !

Mon livre Ils sont parmi nous (à paraître)

Mon tipeee


6 commentaires

Onivlas Brony · 28 mars 2019 à 21h03

« La balle à ricoché sur un sanglier » j’ai éclaté de rire avant de réaliser que si tu donne cet exemple, c’est que quelqu’un, un jour, a *vraiment* utilisé cette excuse…

azer · 28 mars 2019 à 21h03

J’ai tenu jusqu’à la treizième minute , tellement c’est indigent … On retiendra cette chasseuse qui déclare  » nous on veut des animaux pour pouvoir les chasser , donc ce n’est pas dans notre intérêt qu’ils disparaissent  » , ou comment le plaisir d’exercer la pulsion de mort prend le même alibi ( la perpétuation des espèces ) que le plaisir de les manger . Il faut être particulièrement stupide pour se trouver vertueux en désirant qu’une espèce perdure afin de pouvoir continuer à maltraiter ses membres .

A son époque , V.Hugo s’était indigné du sort des ouvriers qui vivaient dans des caves à Lille , dont la seule ouverture était le trou par lequel on déversait le charbon de chauffage , sans parler de l’air et de l’humidité .
A son époque , Finkielkraut n’a jamais protesté contre le sort réservé aux travailleurs arabes et noirs que les français ont importés après la guerre afin de pallier le manque de bras blancs , et qui vivaient dans des conditions similaires à celles des ouvriers lillois , avant d’être logés dans les banlieues hlm . Brave Alain ! qui veut qu’on ne soit pas cruels avec les opprimés , à condition qu’ils le servent ( les animaux ) ou qu’ils ne se révoltent pas et lui mettent un bourre-pif ( les immigrés ) . Quand la morale se confond avec l’intérêt de son auteur , l’égoisme prend les habits de l’altruisme …
F. ne dit pas que des sottises , et je le rejoins sur un point , concernant les intellectuels : le niveau baisse .
Et ne parlons pas du Grand Démagogue ( qu’onfray mieux de ne pas écouter ), admirateur du Grand Imbécile qu’il faut lire pour découvrir que ceux qui le citent ne l’ont pas lu ( j’ai toujours entendu dire que Nietzsche était nihiliste , ce qui est aussi vrai que de dire que les végétariens mangent de la viande …)

Le combat de Finkielkraut pour les animaux – C à Vous – 05/09/2018 – YouTube

azer · 28 mars 2019 à 21h03

Je précise, car je me suis mal exprimé à propos de Nietzsche , que je faisais référence à la manière dont les gens comprennent le mot nihiliste : celui qui rejette l’existence et préfère le néant , ce qui n’est pas la bonne définition du mot .
Sinon je constate qu’on trouve désormais du lait de soja et du tofu ( même cuisiné ) dans les Casino et les Spar de campagne , ce qui n’était pas le cas il y a encore trois ans !

JP Perron · 28 mars 2019 à 21h03

Bonjour,
message perso, pas pour publication.

Pouvez-vous mettre à disposition le dessin paru dans le dernier n° d’alternative végétarienne sur le vrai nom des produit animaux. Et m’envoyer le lien, merci.
Je participe à des discussions sur youtube.
Là par exemple :
https://www.youtube.com/watch?v=tWIZpf0hNA0&lc=z230dtcqjtykyxctqacdp43bovd4y0uvmvqtndhkcblw03c010c.1539711177403978&feature=em-comments
jpp.pp44@laposte.net

Elisabeth B · 12 septembre 2019 à 11h53

Génial, merci !

laurent mayor · 8 novembre 2021 à 8h22

AH les français et la chasse..

Saviez-vous, qu’en suisse, (chez moi), on les citent en exemple à ne pas suivre à tous les niveaux pendant les cours du permis de chasses?
Eh oui, eh oui, je suis un futur chasseur suisse, n’en déplaise à ceux qui me lisent..!
Sachez, messieurs-dames, que chez moi, nous sommes encouragés et vivement sollicités par les gardes-faunes pour faire ce travail (car ce n’est pas considéré comme un sport chez nous mais comme un métier).Nous travaillons en collaboration avec eux et il n’est pas question de jouer au « flingueur » qui sort avec sont fusil la bave aux lèvres et à l’éthylomètre en dépression!
Les bêtes à tirer, nous sont désignées uniquement par les gardes et leurs supérieurs, qui nous donnent des secteurs bien précis à tenir et des bêtes bien précises à prélever, (c’est le terme en usage).
Ce que l’on arrive pas à faire dans les temps impartis, ce sont les gardes qui complèteront en dehors des périodes de chasse, par ce qu’on appelle des tirs de gardiennage, souvent la nuit, et à la visée de vision nocturne..
Bien sûr certains me diront « qu’il faut laisser faire la nature ». Le problème, est bien plus compliqué que ces termes assez réducteurs. La nature a tellement été saccagée, non pas seulement, par la chasse, mais aussi et surtout par une expansion démographique démesurée, la destruction des habitats et des biotopes naturels de milliers d’espèces, au nom de l’expansion économique, le bétonnage, les modification des cours d’eau, la destruction des haies, les pesticides de synthèse etc. qu’il n’est malheureusement plus possible de la laisser à elle-même, sous peine de la voir disparaître!
Réduire, la chasse (en tous cas chez moi) au terme « tuer des animaux sauvages pour le plaisir » est extrêmement réducteur et fait preuve d’une grande ignorance sur le sujet.
Je ne peux pas résumer ici les deux ans de cours nécessaire à l’obtention du permis en suisse, cours sanctionnés par de sévères examens, et considérés comme le plus difficiles d’europe, mais je vous invite vivement à étudier les deux faces du problème, en mettant de côté la démagogie et les idéaux personnels en lisant ceci:
https://chasserensuisse.ch/
Cela vous donnera un petit aperçu de ce qu’il faut savoir et appliquer chez nous pour pratiquer ce difficile métier.

Les commentaires sont fermés.