*Didier Guillaume et le micro

** Révolutions animales (poche)

Merci à Camille Brunel (lisez la Guérilla) pour son aide à la visite du salon.

Merci pour votre soutien sur Tipeee

Ma page facebook

Mon twitter

Mon instagram

Mon Livre Une végétalienne très très méchante

Mon livre L’Antispécisme, c’est pas pour les chiens

Mon livre Mort à la viande !

Mon livre Ils sont parmi nous


11 commentaires

Carole-Anne ABONNEAU · 28 février 2020 à 15h43

Je trouve cette BD particulièrement et tristement parlante. Bravo ! Je vais m’empresser de faire suivre la page à quelques amis plus ou moins (pas) partisans !

    IV · 28 février 2020 à 15h53

    Merciiiiiii 🙂

Kino · 28 février 2020 à 22h15

Quel courage! Tu te l’infliges pendant combien d’heures d’affilées, ce calvaire ?

    IV · 6 mars 2020 à 16h43

    De 10h 30 à 18h 00 :/ tout ça pour une petite BD comme ça.

      Kini · 6 mars 2020 à 21h48

      pfff, ça fait de loooongues journées! j’aurais pas tenu:

        IV · 14 mars 2020 à 17h41

        Entre la foule, le bruit, les images d’horreur, la stupidité ambiante, le sac à dos qui scie les épaules, les vêtements qui puent de transpiration, ben franchement, c’est l’armée.

Fabien Lec · 29 février 2020 à 23h00

Beau reportage.

Enfin « beau »… on se comprend.

Régis Perdreau · 2 mars 2020 à 3h57

https://www.linternaute.com/sortir/guide-des-loisirs/1354950-salon-de-l-agriculture-2020-les-activites-au-programme-plan-et-tarifs/ courte allusion à Imminence, apparemment bien présente …

Raphael · 3 mars 2020 à 15h17

Salut IV,
Un grand merci pour ce BD-reportage. Très instructif.
Et sinon, ça donnait quoi dans le hall des végétaux ? Il y avait quand même quelques stands intéressants pour que les visiteurs du salon ne soient pas intéressés que par les animaux ?

    IV · 6 mars 2020 à 16h36

    Oui il y a quelques trucs, mais c’est beaucoup plus petit, moins attrayant.

Prune · 23 mai 2020 à 20h35

Tellement vrai ! Pour ma part, c’est en voyant le méga stand Charal juste en face de toutes ces belles vaches bien vivantes que je suis devenue végan. Là j’ai compris ce que voulait dire « du producteur au consommateur ». Allez, je vais finir mon bol de lentilles corail au curry et gingembre. Miam !

Les commentaires sont fermés.